L’évènement « Tel-Aviv sur Seine » d’Anne Hidalgo ou l’exemple des limites de la démocratie représentative

L’exemple de l’initiative du maire de Paris Anne Hidalgo constitue un exemple type qui illustre les paradoxes et limites de la démocratie représentative telles que nous la connaissons aujourd’hui en France. Anne Hidalgo et NKM, deux candidates à la mairie de Paris, avaient en 2014, avant leur élection, mobilisé moult moyens de communication à plein régime et renfort financier pour convaincre un potentiel électorat en leur faveur et sensiblement dragué le vote juif parisien auprès du le B’naï Brith devenu passage obligé dans la logique de la « lobbycratie », organisation qui soutient la politique et la pérennité de l’État d’Israël et le mouvement sioniste. Le temps du « prosélytisme politique », de la publicité politique de surface est assez court. L’hyperactivité du candidat devient par conséquent nécessaire pour s’imposer sur la scène médiatique, les invectives n’étant d’ailleurs pas rares mais parties prenantes du jeu électoral. En outre, il y a lieu de distinguer ici la définition de ce qu’est la politique de surface de celle de fond. La politique de surface médiatiquement dominante, est en interaction avec l’espace public, peut s’essentialiser opportunément autour d’une actualité de faits divers, surfe sur l’opinion et l’émotion publiques pour capter et optimiser l’attention. Elle est souvent stigmatisante à l’égard d’une catégorie de population déjà ostracisée et peu influente en tant que décideur politique, elle répond notamment à une tendance idéologique de l’instant, contrainte par le temps. La politique de fond elle, à l’inverse, est plus silencieuse, plus libre, agit en "commensal" dans des espaces réservés élitistes où les intérêts de lobbies peuvent être inclus, mène des projets sur le long terme, est plus structurelle, demande des compétences techniciennes, elle est davantage méditative et rationnelle sur les enjeux de demain.

En savoir plus »

QU’EST-CE QUE "CRI" ?

En savoir plus »

COMMUNIQUE DE LA COORDINATION CONTRE LE RACISME ET L’ISLAMOPHOBIE (CRI)

Une hirondelle socialiste ne fait pas le Printemps

Investissons le champ, politique !!!

En savoir plus »

"L’esprit du 11 janvier" a jugé Zyed et Bouna coupables !!!

Nous en concluons de manière logique que d’une part, la qualification de gardien de la paix ne nécessite pas la possession d’un certain bagage de (...)

COMMUNIQUE CRI Coordination contre le Racisme et l’islamophobie

Le détournement de fichiers par le Maire de Béziers est une violation grave des libertés fondamentales. L’Association CRI avait saisi en urgence le juge des référés du tribunal administratif de Montpellier suite aux déclarations du Maire indiquant (...)

COMMUNIQUE DE LA COORDINATION CONTRE LE RACISME ET L’ ISLAMOPHOBIE (CRI) SUITE A LA CAMPAGNE DE CALOMNIES

Au moment où nous sommes débordés par les affaires de discriminations, certain(e)s se sont fait une spécialité du discrédit, et des polémiques au sujet (...)  image 3
 

Instance de l’Islam de France : DIALOGUE ou MONOLOGUE ?

Ci dessous les directives du ministère vers les préfectures, c’est très intéressant à lire, surtout la partie 2 où le ministère prétend nous apprendre (...)

Soutien au militant Youcef Brakni

M.L. Brossier l’attaque alors qu’il n’a fait que dénoncer le dangereux amalgame qu’elle a fait sien en abondant dans le sens de Malek Boutih, qui affirmait que « des élus locaux corrompus ont pactisé avec les gangsters et les islamo-nazis ». L’élue (...)

La justice couvre-t-elle les islamophobes ?

Alors que l’animateur de l’émission l’avait repris et tenté d’atténuer ses propos , Monsieur Tesson a persisté à criminaliser les musulmans de France , (...)  image 1