Mosquée incendiée : manifestation contre l’islamophobie

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées, dimanche 20 décembre, devant la mosquée de Saint-Priest visée samedi par un incendie criminel.

Outre les fidèles musulmans et le recteur de la Grande Mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, avaient répondu présents des personnalités politiques de droite et de gauche, dont le sénateur-maire (PS) de Lyon Gérard Collomb. "C’est un acte odieux qui nous rassemble aujourd’hui. Hélas, il n’est pas isolé", a déclaré ce dernier.

"Oui, vous êtes des citoyens et des habitants de ce pays dans votre diversité. Nous ne voulons pas la haine", a-t-il ajouté devant la foule d’un millier de personnes selon la police (2 000 selon les organisateurs).

"Cette situation est le fait de ceux qui ont banalisé l’islam comme une religion de guerre", a-t-il accusé. Azzedine Gacci, président du Conseil régional du culte musulman, s’est dit "satisfait" de l’ampleur du rassemblement.

"Il faut être ensemble dans les moments difficiles", a-t-il souligné. Il a réclamé au gouvernement la mise en place d’une "cellule" recensant les actes islamophobes et de caméras de vidéo-surveillance dans les grandes mosquées comme celle de Saint-Priest et lancé l’idée d’une grande manifestation de toutes les religions au niveau national. "Nous avons recensé une dizaine d’actes islamophobes en deux ans. L’islamophobie doit être considéré au même titre que l’antisémitiste et le racisme", a-t-il fait valoir.

(...)