ISLAMOPHOBIE : continuons le combat et ne soyons pas dupes !!!

Personne aujourd’hui ne peut nier la réalité de ce fléau socio-politique qui frappe spécifiquement les musulmans de France . Alors que certains nient l’existence d’une islamophobie en revendiquant le droit de critiquer l’islam et en nous faisant croire qu’ils ne visent pas les musulmans , d’autres arrivent avec une fausse naïveté en nous faisant croire qu’ils découvrent l’ampleur du phénomène et qu’ils sont prêts à le combattre et s’ériger en porte parole !!!

Malheureusement nous ne sommes pas dupes ni des uns ni des autres car depuis la première affaire du foulard en 1989 qui a permis au principal de collège Ernest Chenière de devenir député, année ou Salman Rushdie a insulté notre prophète et a été honoré par la classe médiatico- politique, ou de l’expulsion au Burkina Fasso en 1996 de plusieurs militants musulmans , via le camp de Follembray, dont certains sont encore là bas sans aucun jugement, ou bien l’exclusion de dizaines de filles scolarisées et dont l’épilogue a été la loi scélérate et islamophobe du 15 mars 2004, en passant par les crimes racistes ou bavures policières, pour finir par l’exclusion de plusieurs militants de leur travail , et l’expulsion de dizaines d’Imams ayant refusé de servir de supplétifs pour la gestion sécuritaire de l’islam de France ; depuis cette période certains d’entre nous à titre individuel ou au sein de leurs organisations telles que l’Union des Jeunes Musulmans(UJM) , le Collectif des Musulmans de France (CMF) , DiverCité , le Mouvement Immigration et Banlieue (MIB), et d’autres dont le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) et plus récemment la Coordination contre le Racisme et l’islamophobie (CRI ) n’avons eu de cesse de nous battre dans l’indifférence des organisations de défense des droits de l’homme et de lutte contre les discriminations.

Bien au contraire nous avons même assisté à des diabolisations ou des sabotages de nos organisations taxées d’islamistes ou d’islamo-gauchistes, et nous avons constaté l’instrumentalisation du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) par des gouvernements étrangers et par le gouvernement français qui a créé cette instance pour un contrôle et une mise au pas des musulmans de France, sous prétexte d’avoir un interlocuteur et une représentativité. Nous verrons même le CRCM de Rhône Alpes nous pondre une cellule de veille contre les actes islamophobes dont la finalité politicienne est évidente (au moment ou CRI prenait ce problème en charge), et dans le même temps se taire sur notre fichage à la Vichy par les renseignements généraux. Pendant ce temps le Tsunami islamophobe déclenché par la loi du 15 Mars 2004 contre le voile n’a cessé de faire des dégâts auprès de milliers de femmes musulmanes qui portent le foulard et aspirent à travailler ou se former comme tous les autres citoyens. Depuis la création de CRI il y a deux ans nous avons plusieurs dizaines de cas flagrants d’islamophobie et pour lesquels la solidarité et la mobilisation se font attendre , et pour lesquels nous n’avons vu ni X ni Y se mobiliser pour soutenir les victimes.

Il est donc bien facile aujourd’hui de venir se faire le défenseur de la cause au moment où même les plus islamophobes (Finkelkraut , Elisabeth Badinter , Taguief ; Bernard Henry Levy, etc…) cherchent à se racheter une virginité en signant une pétition contre les affiches islamophobes du Front National. L’instrumentalisation et la récupération politicienne de nos actions , de notre colère et de nos révoltes sont inacceptables.

Notre combat n’a pas besoin de sprinters ou de récupérateurs, mais de marathoniens capables de tenir dans la durée, car se mobiliser en masse de manière émotive et sentimentale lorsque les images ou l’actualité nous interpellent comme pour la vague islamophobe ou la question palestinienne, ne fait qu’altérer notre crédibilité à nos yeux et aux yeux de l’opinion publique. L’opportunisme politique non plus n’a pas sa place dans nos rangs, nous sommes plusieurs organisations issues des quartiers populaires de toute la France à mener ce combat et d’autres depuis des décennies, et à avoir mis en place, depuis plusieurs années un outil politique nommé (FSQP) Forum Social des Quartiers Populaires pour mener tous ces combats sur le champ politique, et cet outil ne demande qu’à être renforcé dans son autonomie et son organisation pour porter notre parole loin des paternalismes qu’ils soient blancs ou basanés.

Si vous avez compris qu’il ne faut pas être dupes , rejoignez nous pour continuer la lutte engagée par nos parents et nos grands frères à qui nous devons le respect.

www.crifrance.com

www.fsqp.fr

 
Thèmes