Réponse au communiqué des Verts Isère, "Laïcité n’est pas islamophobie"

Rappel des faits : une élue EELV (Europe Ecologie Les Verts) de Lyon 9è demande à une femme voilée portant un foulard de l’enlever à la lecture des textes de loi lors de la célébration d’un mariage.

"Laïcité n’est pas racisme", l’entrée du débat est posée. EELV se défend d’avoir en son sein une élue islamophobe, grand bien lui fasse. Mais " un vase ne répand que ce qu’il contient ".

Une opération de désinformation nous dit le communiqué des Verts Isère, mais " qui souhaite entreprendre trouve des moyens, qui ne veut rien faire trouve des excuses ". Où est la désinformation dans les faits suivants : une élue de la république a demandé à une femme en foulard de l’enlever lors de la célébration d’un mariage.

Mais de quelle laïcité parle-t-on ?

C’est toujours la même question. Le proviseur qui a refusé à une parent d’élève de rentrer aux journées portes ouvertes parlait aussi de laïcité. Les professeurs des écoles ayant refusé aux mes mères voilées de participer aux sorties scolaires l’ont fait au nom de la laïcité. Les cantines dans lesquelles il faudrait absolument servir et manger du cochon laïc, etc, les cas sont nombreux de "dérapages laïcs" se concluant par un acte de discrimination ou bien un discours bétifiant et simpliste sur la laïcité.

Le Marxisme primaire est l’opium des gauches

Les gauches ont souhaité faire de la laïcité une valeur plutôt que la laisser être ce qu’elle était : un principe. Les gauches se sont engouffrées dans cette brèche du discours identitaire qui étaient l’appanage de la droite. Peu visionnaire qu’elles sont, elles restent avec Marx à dire "la religion est l’opium du peuple" et un obstacle à l’émancipation social. 150 ans après Marx, aucune nouvelle ananlyse ? Ou bien les pseudo-islamistes des quartiers sont-ils désormais la seule raison des gauches de réfléchir au devenir de notre société et de notre orientation laïque ?

La construction continuelle de la laïcité (qui je le rapelle est le résultat d’un processus historique long, et non fini) ne peut se faire sereinement si elle n’est envisagée que comme réponse à un danger (imaginaire ?). Et "quand on chasse le mauvais lièvre, le bon s’en va aussi."

En conclusion de cette névrose marxiste lénifiante, les gauches ne peuvent prendre la réalité comme elle est, mais uniquement comme elles souhaiteraient qu’elle soit : une société sans visibilité religieuse. Elle se trompent, le combat anti-religieux est aujourd’hui ce qu’il n’était pas hier : il était hier émancipation humaine, sociale et politique, aujourd’hui il est discrimination. Puisque le fait laïc est aujourd’hui avéré, qui a intérêt à le déstabiliser ? Qui a changé les lois ? Qui a fait la loi de 2004 contre le foulard à l’école ? des religieux ? Qui lutte contre le niqab au lieu de lutter contre le chômage de masse ? Qui fait la chasse aux cantines halal au lieu de faire la chasse aux classes surchargées ?

Ce sont les politiques de gauche comme de droite qui légifèrent et se servent de la laïcité et de la question "islam" pour faire leur beurre politique au détriment des populations concernées, qui de toute façon sont soient soumises au diktat, soit taxées d’islamistes.

Fort heureusement, il reste des gens censés comme Gilles Lemaire ancien secrétaire national des Verts qui dénoncent ces postures radicales : « Je condamne fermement l’attitude de Fatiha Ben Ahmed qui a demandé lors d’une cérémonie de mariage à la jeune épouse d’ôter son voile en dehors de toute loi républicaine. » lire ici

Non, laïcité n’est pas islamophobie

La laïcité est ce qu’on en fait et ce que l’on construit comme rapport d’intelligence et de vivre ensemble. Mais la démonstration est faite que le vivre ensemble n’intéresse pas ceux qui utilisent la laïcité à des fins de rupture et d’ascension personnelle.

Alors, soit cette élue a abusé de son pouvoir en demandant à cette jeune mariée de retirer son foulard, soit les autres élus sont des laxistes en laïcité.

Toujours est-il que dans certaines régions de France, comme en Rhône-Alpes,malheureusement, on a du mal à distinguer les discours du FN des discours de gauche quand il s’agit de laïcité.

Le débat est bien un débat politique -à défaut qu’il devienne juridique- sur la compréhension et les pratiques laïques des responsables politiques et institutionnels. Il se peut que certain-e- s élu-e-s aient besoin de formation pour passer à l’étape du vivre-ensemble et ne pas rester à l’étape du militantisme primaire anti-religieux ou du rejet de l’islam à cause de sa visibilité.

Il se peut que la visibilité de l’islam gène encore certain-e-s qui aiment mettre des isme où il n’y en n’a pas, mais jusqu’à maintenant, la république garantie cette liberté et la protège. Heureusement, sinon ça ne s’apellerait plus une république démocratique, mais une dictature laïcarde sauce Kemal. [1]

A bon entendeur, " vous pouvez tuer toutes le hirondelles, vous n’empêcherez pas la venue du printemps. "

signé : la politique à coup de petites phrases.

Association Pas à Pas http://www.pasapas38.com membre du FSQP (www.fsqp.fr)

l’article des verts Isère : http://lesverts38.org/spip.php?article2910

 
Thèmes