Les Suisses appelés à manifester contre l’islamophobie

Tous avec les suisses

Parce qu’il estime que la vie des musulmans dans la Confédération est devenue en partie « insupportable », le Conseil islamique central suisse a appelé à manifester samedi à Berne « contre l’islamophobie et le racisme ».

« La vie pour les musulmans en Suisse est récemment devenue une lutte [...] en raison de l’attitude choquante envers les musulmans et les étrangers », a souligné l’organisation qui dit regrouper 2 000 personnes et 13 associations.

Cette journée « est une chance pour les musulmans et les non-musulmans de se réunir et de se soutenir mutuellement pour assurer un droit de l’homme fondamental : la liberté religieuse », a insisté le Conseil.

La communauté musulmane représente environ 5% de la population de la Suisse, qui compte quelque 7,9 millions d’habitants.
Dernière campagne électorale

L’organisation dénonce « les campagnes racistes de partis politiques », une référence à peine voilée aux affiches électorales du parti populiste UDC, qui avait fait campagne notamment contre l’immigration de masse. Avec des slogans électoraux du genre : « Tu niques la Suisse, tu gicles ! » (affiche UDC dans le Valais). Dans le canton de Vaud, c’est un préservatif géant titré : « Une Suisse protégée des virus européens. »

S’il est arrivé dimanche en tête des élections législatives, le parti nationaliste UDC a cependant perdu des voix par rapport à 2007. Il ne parvient pas à dépasser le seuil des 30% que les sondages lui promettaient. Avec 26,8% des voix (- 2,1% par rapport à 2007), il remporte 55 (-7) des 200 sièges du Conseil national (Assemblée). L’UDC reste de loin la première formation de la Confédération.
Le référendum sur les minarets

L’organisation regrette également le référendum populaire de novembre 2009, où 57,5% des votants ont approuvé une réforme de la Constitution helvétique interdisant la construction de minarets.

En réaction à ce scrutin, qui avait soulevé un tollé dans le monde et notamment dans les pays musulmans, l’organisation avait annoncé à la fin de l’année dernière le lancement d’une initiative populaire visant à abolir l’interdiction des minarets.

La Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg avait été saisie de plusieurs recours et la Suisse s’était retrouvée sur le banc des accusés devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

 
Thèmes