Monsieur le Président de la République Enregistrer au format PDF

Posté le 14 janvier 2019 - 566 visites

Les musulmans ont vu en votre arrivée au pouvoir un heureux présage, une ère nouvelle pour leur entrée dans la voie de l’émancipation, un nouveau monde en rupture avec une vielle France. La nomination de Mme Marlène Schiappa au poste de secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes allait en ce sens.

Nous la citons pour mémoire à propos de la laïcité : “Quand enfin, les habitants des quartiers populaires s’imaginent avoir droit au respect et à une vie sereine, une loi interdit aux mères de famille voilées d’accompagner les sorties scolaires au nom de la laïcité dévoyée. L’article 1er de la loi de 1905 prévoit que la République ’ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte” Ni plus ni moins. Interdire le voile c’est reconnaître le voile comme signe religieux, donc reconnaître une religion. Interdire le voile à l’école est donc contraire à la loi de 1905.

L’obligation de neutralité religieuse s’applique, d’après la loi de 1905, aux fonctionnaires, représentants de l’Etat, pas aux parents d’élèves qui ne représentent qu’eux-mêmes.

Hélas, la pression de ceux qui se servent des musulmans pour mieux nous diviser fait que la position de Marlène Schiappa reste lettre morte pour le moment.

Monsieur le Président, ne laissez pas les fossoyeur de la laïcité miner le pacte national et attiser les feux d’une plus grande division que celle que nous connaissons déjà.

Nous avons en commun une seule laïcité, celle que vous avez admirablement résumée :

et dont vous avez rappelé l’origine et son esprit : “On entend parfois que la religion devrait, au nom précisément du principe de laïcité, être confinée à l’espace privé. Je pense que c’est une conception erronée du principe de laïcité. Depuis la loi de séparation de 1905, nous vivons dans l’idée que je crois très féconde, d’une laïcité qui n’est pas l’ennemie des religions. Chacun, en France, a le droit de croire dans le Dieu qu’il s’est choisi, ou de ne pas y croire, ou de ne plus y croire. Chacun a le droit de le dire et de le manifester, y compris en dehors de son domicile ou des lieux purement privés” (Famille chrétienne 05/04/2017)

Notre association (coordination contre le racisme et l’islamophobie) a l’honneur de vous soumettre, Monsieur le président, nos revendications primordiales :

  1. L’application au culte musulman de la loi de la séparation des cultes et de l’Etat.
  2. Une évolution de la jurisprudence sur le port du voile en France comme le préconise le
  3. président de la cour de cassation suite à “l’affaire baby loup /ONU”.
  4. L’abrogation de la loi du 15 mars 2004 dite “loi sur le voile”
  5. La judiciarisation de l’islamophobie et faire de cette cause une circonstance aggravante au même titre que pour les actes antisémites.

nous sommes aussi convaincu que vous que La laïcité est la valeur primordiale pour que puissent vivre ensemble, en bonne intelligence et harmonie, des convictions différentes, religieuses ou philosophiques. Elle est synonyme de liberté parce qu’elle permet à chacun de vivre selon ses choix.

Étant en parfait accord avec votre conception de la laïcité, nous avons le ferme espoir que nos légitimes souhaits, ci-dessus exprimés, seront pris en haute considération.

www.crifrance.com

Dans la rubrique "Islamophobie"