Service National Universel (SNU) Enregistrer au format PDF

Posté le 21 janvier 2019 - 461 visites

Prologue :

La porte d’un nouveau débat polémique sur la laïcité et les « signes religieux » a été ouverte par le ministre de l’éducation Jean-michel Blanquer, suite à son refus des conclusions du rapport de l’Observatoire de la laïcité sur la place du religieux lors du nouveau SNU (Service National Universel).

SNU et laïcité : une radicalisation laïciste ?

« Ce dernier (le SNU ndlr), qui sera selon le projet du gouvernement obligatoire pour tous les adolescents français, comportera une phase obligatoire d’un mois, dont deux semaines se dérouleront en internat. » (Libération 11/01/2019) [1]

Selon la commission présidée par Jean-Louis Bianco, « les jeunes accueillis (« appelés ») dans le cadre du SNU ne le seront pas en tant qu’élèves d’établissements scolaires publics, mais, juridiquement, en tant que simples usagers, futurs citoyens ou déjà citoyens (âgés de 18 ans et plus et disposant de leurs droits civils et politiques) ». « Le chef d’établissement d’accueil où s’exercera le SNU ne pourra apporter des restrictions à la liberté religieuse de ces intervenants que pour des raisons liées à l’ordre public et au bon fonctionnement du service.  » (Rapport de l’Observatoire de la laïcité, 18/12/2018) [2]

« Il reste cependant possible, pour le législateur, de prévoir un "texte particulier" pour imposer l’encadrement du port de signes religieux dans le cadre du séjour obligatoire de quinze jours de la première phase du SNU. » (Jean Louis Bianco)

Etat des lieux

  • 2003-2004-2005 : débat et loi contre les signes religieux à l’école ; (de nombreuses discriminations hors collèges et lycées s’ensuivront) ;
  • 2008 : affaire baby loup (lire absolument le déroulement judiciaire de cette affaire pour comprendre l’acharnement de l’état) ; [3]
  • 2009 : grand débat (lol) sur l’identité nationale ;
  • 2010 : débat et loi anti niqab (voile intégrale) ; (dénoncée par l’ONU) ;
  • 2012 : circulaire Chatel, impossibilité pour les mamans accompagnatrices de sorties scolaires de porter un foulard ; [4]
  • 2013 : polémique projet de loi contre le foulard des assistantes maternelles du secteur privé ;

L’enfant, l’adolescent, l’adulte, le citoyen

Le SNU s’adresse à des jeunes à partir de 16 ans. Ces jeunes adultes, citoyens en devenir, sont en pleine construction de leur identité personnelle et sociale. Comment envisager la privation de ce qui fait partie intégrante de leur identité, de leur psychologie, de leur histoire et de leur personnalité cet élément qui est déterminant pour eux ?
Quel est l’impact sur de jeunes gens de cette possible interdiction, restriction de liberté ?
Pensez-vous que la république et le vivre ensemble s’établissent à coups de bulldozer ?

Deux France se dessinent alors :

  • celle qui connait l’autre, l’accepte et le respecte avec ses différences dans le cadre de la loi ;
  • celle des idéologues (politiques, journalistes, intellectuels, …) qui utilise la laïcité et d’autres sujets fondamentaux comme des outils de domination, de répression et d’exclusion.

Ces lois, fabriques de ruptures sociales, liberticides, ne sont que la marque d’une obstination aveugle qui n’a rien à voir avec la république. Elle est le fait de groupes, d’individus, qui se sont accordés sur des postures radicales et extrémistes consistant à criminaliser toute manifestation visible de l’islam et des citoyens français musulmans.

Sous couvert de lutte contre l’islamisme ou le terrorisme, ils abusent de leur pouvoir, de leur présence médiatique, de l’usage de la force (perquisitions, gardes à vues, exclusions, etc) afin de fabriquer une rupture identitaire dont la première victime est la France et sa cohésion.

Dans cette France déjà divisée par de nombreux débats clivant, liés à l’économie ou à l’immigration, une France dans laquelle les discours politico-médiatique dressent les citoyens les uns contre les autres, nous saluons l’initiative des Gilets jaunes qui permet de mettre en évidence que le danger pour la république est en premier lieu : SA MAUVAISE GESTION PAR LES POLITIQUES !

A l’heure où les violences économiques frappent démesurément, où l’impunité judiciaire est notoire, où les lobbys économiques ont fait main basse sur le pays, et les français n’en sont plus dupes, il est complètement irrationnel et dangereux de créer une nouvelle polémique et loi sur le sujet.

Epilogue

Si tel est le cas d’une nouvelle législation contre les signes religieux lors du SNU, le signe envoyé, loin d’être celui de la défense de la république, sera bien celui de son incohérence et

Non la laïcité n’est pas l’exclusion et la disparition du fait religieux.

Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie, le 15 janvier 2019, Grenoble
www.crifrance.com

la prise de position de Ghaleb Bencheikh qui se fait le porte-parole d’une laïcité d’exclusion, est un non sujet. D’autres avant lui ont étés et sont les relais des postures de domination et d’exclusion à l’intérieur même de leur « communauté ».

Documents joints

Dans la rubrique "Communiqué"