« L’islamophobie est un vecteur d’unification de l’extrême-droite européenne »

Abdellali Hajjat est sociologue et co-auteur, avec Marwan Mohammed, du livre Islamophobie : comment les élites françaises fabriquent le problème musulman. Dans un entretien exclusif pour Zaman France, il revient sur la permanence des propos islamophobes tenus par les responsables du Front national et analyse la stratégie électoraliste et idéologique du parti d’extrême-droite à l’approche des élections européennes.

Marine Le Pen a dernièrement défendu le droit de Geert Wilders, le leader néerlandais d’extrême-droite, à comparer le Coran à Mein Kampf. Jusqu’à présent, sa critique de l’islam s’appuyait plutôt sur la laïcité. Assiste-t-on à une radicalisation du discours FN sur l’islam ?

Marine Le Pen a dernièrement défendu le droit de Geert Wilders, le leader néerlandais d’extrême-droite, à comparer le Coran à Mein Kampf. Jusqu’à présent, sa critique de l’islam s’appuyait plutôt sur la laïcité. Assiste-t-on à une radicalisation du discours FN sur l’islam ?

Je ne pense pas qu’il y ait radicalisation du FN. Cela s’inscrit dans la continuité de tous les discours tenus par les Le Pen et les responsables du FN sur l’islam. Ce qui est nouveau dans le discours du FN, c’est d’avoir mobilisé le concept de laïcité. Historiquement, le FN est composé d’une frange de catholiques intégristes opposés au concept même de laïcité. Il y a eu un revirement du FN qu’on peut situer après 2003/2004 pour mobiliser la laïcité mais dans le sens attribué par François Baroin de nouvelle laïcité. C’est ainsi que le sens originel de laïcité a été transformé. On est passé d’une idée de séparation des Eglises et de l’Etat, de défense de la liberté de conscience et de culte même dans l’espace publique à une conception où l’expression même d’une religiosité dans l’espace public est considérée comme non-laïque. La référence au nazisme fait partie du discours ambiant si vous souhaitez stigmatiser une personne. Ce qui est d’ailleurs contradictoire avec le fait que Marine Le Pen ait elle-même des relations très proches avec des militants néo-nazis. Il faut distinguer le discours qui vise à identifier les électeurs au parti et la réalité des pratique

 
Thèmes