Quand l’islamophobie d’état organise des enlèvements d’enfants

CRI dénonce avec la plus grande fermeté les enlèvements des cinq enfants de la famille Msakni de Bourgoin Jallieu dans l’Isère, par la police, la justice et les services sociaux le jeudi 29 janvier 2015.

Alors que leur père se trouvait en Tunisie pour préparer leur déménagement dans son pays d’origine, pour fuir le climat islamophobe étouffant de ces derniers temps, la mère a reçu la visite de la police et des services sociaux (cinq policiers et quatre fonctionnaires) qui ont décidé sur ordre des autorités judiciaires d’enlever les enfants à leur mère paniquée et en pleurs, les suppliant de lui laisser le dernier, âgé de trois mois et allaité par sa mère. Avec une cruauté et une violence inimaginables, les trois enfants, ( âgés de trois mois, un an et demi et quatre ans,) ont été emmenés vers une destination inconnue et les deux autres, âgés de cinq et six ans ont été pris à l’école avec les conséquences désastreuses sur leur état psycho-affectif et sans qu’ils ne puissent voir leur mère.

Le père alerté est revenu le lendemain en France sans avoir été inquiété le moins du monde ni par la Douane, ni par la PAF (Police de l’Air et des Frontières). Alors que certains bruits avancent l’idée que le père serait un islamiste radical.

Des membres de CRI, après avoir conseillé la famille depuis le début, les ont rencontrés aujourd’hui pour prendre leurs témoignages filmés, accompagnés de deux journalistes anglais et belges. Nous avons appris avec stupéfaction que la maman qui tenait à allaiter son bébé avec son propre lait avait fourni une bouteille qui a été refusée par les policiers qui lui ont répondu « on lui donnera du lait en poudre et vous le verrez plus tard ». Nous sommes révoltés par cette inhumanité qui consiste à séparer un bébé allaité de 3 mois de sa mère, et de refuser que le lait maternel lui soit donné. La mère, à qui rien n’est reproché , a demandé qu’on l’enferme, s’il le faut, avec ce bébé afin qu’elle puisse l’allaiter et être à ses cotés, mais l’arbitraire et l’injustice lui ont répondu négativement. Même si le père est le pire des criminels nous ne comprenons pas cet acharnement sur l’épouse et les enfants .

Nous avons tenté d’avoir une explication du commissariat de Bourgoin Jallieu qui a refusé de nous en donner.

CRI diffusera très rapidement une vidéo relatant le témoignage des parents .

Nous dénonçons ce climat malsain et dangereux et tenons pour responsables les politiques et certains médias et intellectuels qui ont instrumentalisé les évènements dramatiques que nous avons vécu, et qui jouent avec le feu en laissant se répandre la vague islamophobe sans prendre les mesures qui s’imposent. Depuis les attentats du 7 janvier 2015 nous avons reçu plus de 200 appels de musulmanes agressées.

CRI exige la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire pour prendre la réelle mesure de cette nouvelle forme de racisme et légiférer pour protéger les nouveaux bouc émissaires que sont devenus les musulmans de France.

Lyon le 2 Février 2015 www.crifrance.com

 
Thèmes