Sous la Charte : le racisme néocolonialiste du populisme islamophobe

Vendredi le 21 mars prochain, à 18 heures à partir du métro Mont-Royal, aura lieu une manifestation contre le racisme et le colonialisme que cache ladite Charte de la laïcité. Ces termes, nous n’en doutons pas, en feront rire plus d’un. Néanmoins, La Presse nous apprenait que la perception des musulmans en prend un coup au Québec. Si 72 % des non-francophones ont une opinion positive des musulmans, seulement 36 % des francophones sont du même avis. En effet, un sondage CROP-Radio-Canada révèle que 53 % des Québécois accréditent l’idée d’une menace intégriste au Québec. Une menace dont l’ampleur est pourtant démentie par les faits. D’après le chercheur Frédéric Castel, Montréal serait plutôt la ville présentant le plus faible taux d’intégrisme en Occident. La définition d’intégrisme elle-même demeure floue dans l’opinion publique. Le Pr. et spécialiste des religions Jean-René Milot la définit en quelques points. Une lecture littérale des textes (a), le refus de négocier certains préceptes qui émaneraient de Dieu (b) et, parfois, une visée politique (c). Si on convient que l’intégrisme peut causer des problèmes quant à l’application de la loi et la protection des mineurs, il ne manifeste pas toujours une expression politique. Nous sommes donc loin ici du danger de l’islam politique dénoncé par certains à partir d’exemples exotiques. Celui que craignent pourtant Pauline Marois et Bernard Drainville. Néanmoins, au regard du sondage, la perception d’une menace intégriste se superpose bel et bien à une image négative des musulmans. Comment le Québec en est-il arrivé là ?

 
Thèmes